Lu pour vous n°3

9/11/07

 

Une coordination intelligente autour du patient ne devrait pas être la justification d'une prescription d'efficacité incertaine

 

 

 

Sur le site de la HAS (Haute Autorité de Santé)

 http://www.has-sante.fr/portail/display.jsp?id=c_594403, est publiée une étude intitulée "Quelle place pour les médicaments anti-Alzheimer dans la prise en charge des patients".

Il s'agit de la réévaluation faite par la commission de la Transparence de la HAS, des 4 médicaments qui bénéficient de l'indication dans la maladie d'Alzheimer : les 3 anticholinestérasiques donépézil-Aricept°, galantamine-Réminyl°, rivastigmine-Exelon°, et de la mémantine-Ebixa (inhibiteur du récepteur NMDA du glutamate).

 

Cette réévaluation arrive à la conclusion que "les effets de ces médicaments sont modestes" et que le "progrès thérapeutique apporté par ces médicaments peut être qualifié de mineur ", que l'amélioration du service médical rendu (ASMR cotée de I Majeure à V sans intérêt thérapeutique) a été cotée à un niveau IV, mineur "dans le cadre de la prise en charge globale de la maladie".

 

Cependant, cette réévaluation avance que "leur service médical rendu SMR reste important, du fait notamment de la gravité de la maladie et de la place du traitement médicamenteux dans la prise en charge du patient", et que " la consultation de prescription des anti-Alzheimer doit être l'occasion privilégiée de coordonner les interventions de l'ensemble des acteurs médicaux, paramédicaux et sociaux pour une prise en charge globale du patient et le soutien de ses "aidants familiaux "  ".

 

3 réflexions à propos de cette réévaluation :

 

  1. La mise à la disposition des professionnels de santé des comptes-rendus des délibérations de la commission de la transparence de la HAS nous paraît une avancée importante dans la ….transparence concernant l'information des professionnels de santé.

C'est pourquoi il est dommage qu'un lien direct entre le texte de présentation des résultats et le compte rendu des délibérations de la commission de la transparence du 28/02/07 http://www.has-sante.fr/portail/display.jsp?id=c_594280 n'ait pas été inséré, de manière à ce que le prescripteur puisse mieux se rendre compte du débat suscité. Plus particulièrement la page 11 du compte rendu soulève quelques questions.

 

  1. De longue date, la revue Prescrire a fait des analyses peu enthousiastes sur l'efficacité de ces 4 médicaments et a mis l'accent sur leur action très modeste, à court terme, souvent pas très supérieure au placebo, et présentant des effets indésirables souvent non négligeables. [1] 

            D'ailleurs, la commission de la Transparence de la HAS précise bien : "Dans la majorité des études, l'évaluation de l'efficacité a porté sur des critères intermédiaires; représentés par l'évolution des scores sur différentes échelles " ..….…. " Ces échelles posent des problèmes métrologiques, de mise en œuvre et de pertinence clinique." !!

Et encore : "le bénéfice clinique apporté aux patients par ces médicaments apparaît très difficile à préciser"  " la seule étude ayant utilisé comme critère principal d'efficacité un critère clinique (étude AD2000) ne permet pas de conclure " !!!

 

 

  1. C'est pourquoi, il nous paraît vraiment étonnant de justifier la prescription d'un médicament à effet thérapeutique incertain, et aux effets indésirables dûment répertoriés, par la possibilité à l'occasion de cette prescription, de mettre en œuvre les mesures (souhaitables bien entendu) de coordination de la prise en charge globale du patient et du soutien de ses aidants familiaux.

Cette coordination n'a pas à attendre la prescription de médicament ou en constituer la justification. Le collectif Formindep [2] http://www.formindep.org  s'interroge également à ce sujet.

 

A l'heure où l'amélioration des pratiques professionnelles constitue un objectif louable, avec une analyse des pratiques reposant sur des indicateurs (repères) de bonne pratique clinique de bon niveau de preuve, les ambiguïtés de cette réévaluation ne nous paraissent pas aller dans le bon sens.

 

CGEP

Collège des Généralistes de l'Est Parisien

 

Egalement sur le site du CGEP  http://www.cgep.net

lu pour vous

 n°1     23/04/07

 n°2     18/07/07

 

 mentions légales

web master

 


 

[2] Collectif  Formindep : Pour une formation médicale indépendante au service des seuls professionnels de santé et des patients