19 août 2008

Collège des Généralistes de l'Est Parisien

 

Lu pour vous n°6

Les soignants, leur information, les recommandations de bonne pratique

  et  le dépistage du cancer de la prostate

 

Dans le journal Le Monde daté du dimanche 22-lundi 23 juin, est parue (page 3) une communication faite par l'Union Régionale des Médecins Libéraux de la Réunion.

 

 

 

 

 

 

Cette "publicité" concernant une mise en garde contre le dépistage systématique du cancer de la prostate par le dosage des PSA met en doute l'intérêt de ce dépistage.

 

Pourtant l'AFU (Association Française d'Urologie) avait fortement préconisé ce dépistage systématique, et une campagne télévisée avait été lancée (avec le soutien de la CNAM) pour inciter à ce dépistage. En 2003, l'AFU, dans son éditorial du 10/10/03 sur son site avait décidé de "recommander le dépistage systématique du cancer de la prostate par un toucher rectal et un dosage de PSA annuel chez les hommes entre 50 et 75 ans…."[1] , ceci étant repris sur le site doctissimo. A l'inverse, les recommandations élaborées par l'Anaes en 2004 étaient beaucoup plus prudentes : devant les doutes et les interrogations sur l'histoire naturelle de la maladie, sur les conséquences de l'intervention, sur l'utilité finale concernant l'espérance de vie, l'Anaes avait finalement conseillé de bien informer le patient et de partager la décision avec lui. ("le bénéfice en termes de réduction de mortalité globale d'un dépistage systématique du cancer de la prostate par le dosage du PSA sérique total n'est pas démontré. Les résultats des études portant sur le dépistage systématique ne permettent pas de conclure sur l'opportunité d'un dépistage individuel)"[2] 

 

L'article de Bibliomed[3] de 2006 sur le même sujet allait dans ce sens.

Le récent article savoureux de Dominique Dupagne concernant le dépistage du cancer de la prostate sur le site Atoute est instructif http://www.atoute.org/n/article103.html 

 

Ces ambiguïtés sur les recommandations concernant le dépistage systématique du cancer de la prostate rappellent les avis contrastés de la HAS et de la revue Prescrire concernant l'utilité des glitazones dans la prise en charge du traitement oral du diabète de type 2, les conclusions de la HAS étant relativement favorables et les conclusions de la revue Prescrire très clairement hostiles à ce type de médicament en raison des effets indésirables. [4] 

 

Avec le Formindep, la revue Prescrire et le site médical Atoute [5],  le CGEP réaffirme une fois de plus que Formation et Amélioration des Pratiques Professionnelles ne peuvent reposer que sur des indicateurs de bonne pratique fiables, totalement à l'écart de tout conflit d'intérêt , industriel ou professionnel.

 

Nous félicitons très vivement l'URML de la Réunion et notre confrère de Chazournes, de leur intervention médiatique qui participe à une "remise à l'heure" sur l'information et la formation des professionnels de santé, et, au-delà, sur l'information du public.

 

CGEP

Collège des Généralistes de l'Est Parisien

Lire les précédents Lus pour vous à http://www.cgep.net

 

Mentions légales

Web master



[1]                Pascal Gilbert http://pascalgilbert.ouvaton.org  Le dépistage du cancer de la prostate apporte-t-il quelque chose au patient ? Le problème de l'efficacité thérapeutique. Quelques mensonges de la médecine. Compléments. Le cancer de la prostate

 

[2]              Anaes Recommandations pour la pratique clinique. Eléments d'information des hommes envisageant la réalisation d'un dépistage individuel du cancer de la prostate Septembre 2004 (à noter : "avec la participation de l'AFU")

 

[3]       Bibliomed n° 415 du 23/02/2006 (Centre de Documentation et de Recherche en Médecine Générale) http://www.unaformec.org:80/spip.php?rubrique102

 

[4]              Les médecins généralistes, leur information sur les médicaments et l'Igas Lu pour vous 4  http://www.cgep.net

 

[5]            Formindep collectif pour une information indépendante http://www.formindep.org

                   la revue Prescrire    (http://www.prescrire.org).

                    Atoute : http://www.atoute.org  Cancer de la Prostate : un problème de langue. Où l'on comprend pourquoi les urologues s'obstinent à vouloir pratiquer le dépistage du cancer de la prostate (publié le 26 juin 2008)